Syrie

L’équipe syrienne de Vivere vous transmet la narration suivante :

Histoire de Jaafar :

Un nouveau-né…..

Une naissance!…

Une mort!…

Une vie fragile qui nait!…

Une vie jeune qui disparait!… 

Quelle tristesse!……

Eh bien c’est la vie de Jaafar, nouveau-né, qui voit le jour en voyant dans les yeux de son cœur sa maman disparaitre en lui donnant la vie!…

Oui, la maman meurt au cours de l’accouchement, suite à de grosses complications…

Mais, quand-même, le bébé voit le jour…

Or, quel jour?!…  et quelle vie?!…

Oui, quelle vie pour un bébé, né très maigre et avec plein de maladies, sans maman, entre les mains d’un jeune papa, soldat, émigré, pauvre, effondré, et sans aucune expérience pour soigner le gosse.

Il a eu recours à sa sœur, elle-même déplacée, ayant du fuir un village lointain, pour vivre dans une pauvre maison louée à L…, avec sa famille, et avec sa vieille maman.

C’est en effet cette brave tante qui prend soin de ce bébé.

Et voilà, notre présence, en tant que action Vivere-Syrie, et grâce à toutes nos amies, et à tous nos amis qui nous liront, que nous apportons à ce gosse une petite aide du lait, mais avec beaucoup d’amour.

Campagne-action pour l’abolition de la peine de mort et de l’emprisonnement à vie d’enfants.

Cas de ‘Mustafa’ (prénom d’emprunt) signalé dans les précédentes Brèves, qui croupit dans le couloir de la mort d’une prison pakistanaise depuis des années : Vivere avait sollicité l’intervention du Comité des droits de l’enfant de l’ONU. Suite à quoi cette instance nous fait savoir qu’elle a tout récemment adressé une requête au gouvernement d’Islamabad, l’enjoignant à renoncer à l’exécution de Mustafa et de tout autre condamné mineur au moment des faits, pour se conformer au droit international.

Voici le cas d’une femme nord-américaine, Cyntoia Brown : enfant, elle fut victime du trafic d’êtres humains pour l’esclavage sexuel. Captive dès son jeune âge elle subit d’innombrables mauvais traitements, coups et blessures, des viols puis l’astreinte à la prostitution forcée. À l’âge de seize ans elle se révolte contre un ‘client’ particulièrement brutal et pour sauver sa propre vie parvient à le tuer. Le tribunal l’a condamnée à la prison à vie.

Son histoire plus complète ainsi qu’une pétition en ligne pour la sauver sont sur : https://www.thepetitionsite.com/fr/525/713/775/free-cyntoia-brown-child-trafficking-victim-sentenced-for-killing-a-john/

Nous nous permettons de vous inviter à signer cette pétition et à soutenir l’action de Vivere visant l’abolition de la peine de mort et de l’emprisonnement à vie d’enfants dans tous les pays concernés.

Colombie

Notre partenaire l’association Atucsara vient de produire deux petits films de 4 minutes chacun, jolis et enthousiasmants, que vous trouverez sur le site de Vivere ;nous empruntons l’introduction de ces images aux amis de Catleya.

1er film : Ecole pour la Paix

Malgré le processus de paix en cours en Colombie, les améliorations sont fragiles dans les régions marquées par le conflit. A Magangué, des familles déplacées de force ont trouvé refuge dans des quartiers sans infrastructures où elles vivent dans la précarité. Pour les jeunes et les enfants, les gangs, la prostitution et la drogue représentent des menaces constantes. Prévenir la violence et l’exploitation, en formant les jeunes pour leur permettre ensuite de s’investir de manière positive au sein de leur communauté, est l’objectif de l’Ecole pour la Paix mise sur pied par Atucsara, dont 3’300 jeunes de 10 à 20 ans sont les bénéficiaires.     Lien du film :  http://www.vivere.ch/1-fichiers/films/Atucsara_2017A.mp4

2ème film : Développement communautaire

Les familles installées sur des terrains d’invasion à la périphérie de Magangué sont fragilisées par leur histoire de déplacement et la désorganisation régnant dans ces quartiers. Elles doivent élever et protéger leurs enfants dans un cadre de violence et délinquance.

Permettre aux familles de s’organiser pour donner aux enfants un cadre stable, créer des espaces de socialisation positive et soutenir les dynamiques communautaires de reconstruction est le but de ce projet. Pour y arriver, Atucsara met en place diverses actions: formation des femmes aux droits et à la participation citoyenne; soutien et encadrement des associations de femmes et clubs de jeunes; cantine et appui scolaire pour les enfants; sport, musique et danse pour l’acquisition des valeurs constructives. Bénéficiaires: 250 familles.     Lien du film: http://www.vivere.ch/1-fichiers/films/Atucsara_2017B.mp4

Lutte contre l’esclavage

Interrogé sur les pratiques d’esclavage que le monde stupéfié découvre en Libye, notre partenaire le président de l’Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste en Mauritanie (IRA Mauritanie), s’étonne que la communauté internationale ‘‘s’émeuve de sa pseudo-nouveauté’’. Une telle  tragédie, explique-t-il dans cet interview, s’enracine dans une tradition de razzias et de supériorité raciale qui structure l’univers de sens arabo-musulman. Lire svp https://www.algeriepatriotique.com/2017/12/12/biram-ould-dah-ould-abeid-superiorite-raciale-structure-lunivers-arabo-musulman/