Syrie

Au début de ce mois de novembre l’un des nôtres a pu rejoindre l’équipe sur place et partager une semaine de travail. Bref compte-rendu :

– Le front des combats a reculé de 13 km au nord de la localité où Vivere-Syrie intervient, agglomération dont l’armée du régime a pris le contrôle. Avantages : ça permet une certaine accalmie des tirs et une circulation un peu plus facile dans la ville et les villages de notre zone d’action. Inconvénients : la police du régime reprend du service et se remet à pratiquer la torture à large échelle, comme elle en avait la spécialité déjà avant le déclenchement de la guerre civile ; d’autre part de larges rafles de jeunes hommes sont perpétrées pour enrôlement forcé dans l’armée du régime qui a perdu beaucoup de soldats dans les combats de ces dernières années.

– Le travail de l’équipe Vivere-Syrie se poursuit malgré tous les aléas. Une vingtaine de Syriennes et de Syriens participent à ce projet, dont des avocates, médecins et une variété d’autres professions, tous bénévoles. Un aspect remarquable car assez rare dans le contexte actuel : cette équipe voit collaborer étroitement ensemble des Sunnites, des Alaouites, des Chiites et des Chrétiens, en bonne intelligence et solidaires entre-deux. De même, les enfants et familles servis par le projet proviennent aussi les diverses communautés, bien sûr.

– Le soutien nutritionnel des bébés et la défense légale des filles & femmes injustement emprisonnées sont poursuivis avec régularité. Par contre l’assistance médicale aux femmes présentant un accouchement à risque a du être suspendu suite à nos difficultés budgétaires. Par avance nous disons un grand MERCI !  à celles et ceux qui seront sensibles à cette situation.

Action contre la peine de mort et l’emprisonnement à vie d’enfants

Voici le résumé de quatre cas parmi ceux dont Vivere soutient la défense avec nos partenaires et avocats au Pakistan :

Ali : Originaire d’une famille très pauvre, n’ayant commis auparavant que des délits mineurs (vols pour revente, etc.) il a été arrêté en juillet 2016, accusé de viol sur mineure qu’on lui reproche d’avoir commis à l’âge de 17 ans, selon examen médical. Détenu sans avocat depuis 1 ½  an, sa famille ne lui rend jamais visite en prison. La décision de le référer au Tribunal des mineurs n’a pas encore été prise en l’absence de document d’identité. Son avocat cherche à fournir un certificat scolaire confirmant l’examen médical (lequel pourrait être remis en question au cours de la procédure). L’instruction est en cours et quoique, à ce jour, la partie opposée n’ait pas encore produit les preuves et témoignages attendus (la plainte pour viol serait-elle inventée ?), le risque est cependant réel que ce jeune soit condamné à la prison à vie au cas où son statut de mineur ne serait pas reconnu par le Tribunal, compte tenu de l’âge de la victime et des preuves que la partie adverse serait susceptible d’apporter à la Cour.

Yusuf : Originaire d’une famille chrétienne très pauvre, âgé de 16 ans lorsqu’il a été accusé de blasphème pour avoir transféré une image de la Kaba de La Mecque sur un compte Facebook, il a été condamné à la prison à vie mais la procédure d’appel est en cours. Soutenu par la communauté chrétienne et par le gouverneur de la province -qui a été assassiné en 2016-, le contexte de son cas judiciaire est très sensible. Le mise en liberté sous caution avait été refusée sous forte pression de groupes religieux : ses avocats n’ont pu plaider en raison de menaces sur leur propre sécurité personnelle. Il est détenu sous haute sécurité, et les visites sont limitées. L’avocat de Vivere s’est mis à disposition pour contribuer à sa défense, avec le comité de soutien existant, sous forme de plaidoyer public, si besoin est.

Nabil : Âgé de 14 ans à l’époque des faits, ce détenu est accusé d’avoir participé à un viol collectif dont la victime a été contrainte de garder le silence. Accusé de viol et extorsion de fonds en 2015 (pour des faits estimés commis en 2011), sans antécédents judiciaires ni preuves qu’il ait personnellement participé aux actes incriminés, le cas a été transféré à une Cour anti-terroriste pour « acte collectif de terreur ». Depuis son arrestation, cette Cour ne s’est pas réunie, ni n’a engagé les premières auditions des deux parties. Les actes référés à une Cour anti-terroriste sont supposés considérés comme non-soumis à la législation sur la justice des mineurs, mais le débat reste ouvert, ce qui peut expliquer l’extrême lenteur de la procédure, mais ce qui maintient le risque réel d’une condamnation à la peine capitale.

Mustafa : Ce détenu est maintenu en prison depuis qu’il a commis un meurtre en 1999, alors qu’il n’avait que 17 ans. La nouvelle loi sur la justice des mineurs, interdisant la peine capitale pour les mineurs au moment des faits, n’a été promulguée qu’en 2000, donc après le procès. Le procès en appel, en 2002, a maintenu la sentence, sur la base d’une évaluation sommaire de son âge réel (il n’avait pas de certificat de naissance). Un deuxième recours à la Cour Suprême du Pakistan a été rejeté. Une première demande de grâce présidentielle a elle aussi été rejetée. Son avocat a envoyé une deuxième demande de grâce présidentielle en août 2017, en produisant un certificat scolaire établissant qu’il était mineur au moment de son crime. A ce motif s’ajoute un élément humanitaire : cela fait dix-huit ans qu’il est en prison en attendant son exécution.

          * prénoms d’emprunt afin de protéger l’identité des accusés

Nous attachons ici une récente étude de la ‘Asian Human Rights Commission’ sur les dures conditions subies par les enfants au Pakistan. Extraits : 40 millions d’enfants Pakistanais survivent en dessous du seuil de pauvreté absolue. Un enfant sur six meurt avant d’avoir atteint l’âge de 5 ans. 44% des jeunes entre 5 et 16 ans ne sont pas scolarisés. 264’000 enfants travaillent comme domestiques chez des particuliers dans des conditions cruelles et dangereuses. Comment voudrait-on que dans un contexte aussi blessant, fatal même, de nombreux enfants vulnérables ne se retrouvent pas obligés à être en conflit avec la loi ? Ceci n’excuse évidemment pas les délits (lorsqu’ils sont avérés) mais illustre combien une protection particulière et des mesures adaptées doivent prévaloir dans le système de justice ayant à en juger.

Sur un plan plus large puisque notre campagne vise l’ensemble des pays autorisant ces peines cruelles et illégales, nous avons mis à jour l’argumentaire visant l’abolition de la peine de mort et de l’emprisonnement à vie d’enfants partout où ces peines sévissent encore, en flagrante contradiction avec les instruments du droit international. Le document attaché remplace donc celui diffusé le 8 oct. dernier. À notre connaissance notre dossier est le tout-premier du genre à agréger un ensemble d’arguments et de références justifiant l’abolition de ces peines.

Afin de poursuivre ce travail en l’intensifiant nous en appelons à la mobilisation de l’opinion publique et à toutes les bonnes volontés pour renforcer les ressources nécessaires, humaines, matérielles et financières.

Marché de Noël à Lausanne/Flon, 14-15 et 16 décembre

Rappel : Vivere tiendra un stand au 2ème étage de Pôle Sud lors de cet évènement si sympathique. Divers articles-cadeaux vous seront proposés à prix raisonnable. Parmi ceux-ci il y a ces peintures sur toile, reproductions d’œuvres de Chagall réalisées par un talentueux bénévole de notre association qui tient à contribuer ainsi au soutien du travail sur le terrain.

Lecture solidaire

Deux membres de Vivere envoient le message suivant :

Voici le lien du livre d’un enfant, devenu grand maintenant, Boubacar Barry, que Yves et moi avions soigné et suivi quand nous travaillions à Terre des Hommes, en Guinée et à Lausanne. Il est écrit simplement et relate la vie d’un enfant atteint de poliomyélite et qui après de longs mois de recherches par les parents, est pris en charge par Terre des Hommes pour les soins médicaux. Bonne lecture et si ce livre vous a plu, nous vous remercions de transmettre les coordonnées à vos amis. Ce serait un joli soutien à Boubacar.        https://www.publibook.com/mes-premiers-pas-sur-la-terre-des-hommes.html/