Situation


En dépit de l’évolution réelle que ce pays connaît certaines mœurs répressives gardent encore toute leur agressivité, notamment la condamnation sociale et le bannissement des jeunes mères célibataires qui peuvent, par désespoir, recourir à l’infanticide ou à l’abandon de leur nouveau-né.

Suivant une implication de Vivere il y a 17 ans naissait à Agadir l’association Hayati, (en arabe: « ma vie »), grâce à l’engagement bénévole de personnes responsables sur place dont le but essentiel est le soutien aux mères seules en grande difficulté et à leurs enfants en bas âge, ainsi que l’assistance aux bébés abandonnés et la prévention de futurs abandons.

La prostitution reste encore un moyen de survie pour certaines femmes seules, et de nouveaux enfants peuvent être le fruit de ces relations-là. Autant d’enfants qui ne seront pas légalement reconnus. Parmi les mamans qui sont ou ont été mariées on retrouve également des souffrances intolérables : violences conjugales aboutissant à l’abandon, la fuite, et en tous cas à la déresponsabilisation des pères.

Objectifs


Assistance aux mères seules en très grande difficulté et à leurs enfants.

 Partenaire : Hayati

Réalisations


. 121 enfants sont accueillis en permanence sur les deux sites d’Agadir et de Aït Melloul. Leurs mamans reçoivent une assistance adaptée à leurs besoins sociaux.

. Grâce aux efforts de ses membres locaux, la recherche de fonds de Hayati suit une courbe ascendante, et l’association arrive ainsi à s’autofinancer à hauteur de 96%, ce qui soulage d’autant la contribution financière de notre mouvement. Au cours de cette année le bénévolat local s’est encore renforcé de manière très significative, enrichissant autant les activités offertes aux enfants que la capacité de communication et de collecte, en argent et en nature, de Hayati. L’équipe ainsi affermie a pu trouver et ouvrir aux Aït Melloul de nouveaux locaux spacieux afin de pouvoir accueillir davantage d’enfants et de se rapprocher plus près des usines où travaillent une majorité des mamans.