Chères et chers Membres et Amis,

 

1°  RdCongo

Human Rights Watch informe qu’en 2017 :   ‘‘922’000 personnes ont été déplacées en RD Congo, plus que partout ailleurs dans le monde. En octobre dernier, les Nations Unies ont déclaré un  « Niveau 3 d’urgence» en RD Congo, une catégorie attribuée seulement à trois autres pays : la Syrie, l’Irak et le Yémen.

(Sur 4 pays classés par l’ONU au niveau d’urgence le plus grave, Vivere est au travail dans deux d’entre eux : Syrie et Congo, Ndlr )

 Si de nombreux facteurs contribuent à la violence, certaines tendances se dégagent. Les forces de sécurité congolaises ont été responsables de plus de 100 morts violentes au cours des six derniers mois, soit plus que n’importe quel groupe armé et environ un cinquième du nombre total d’homicides documentés. L’un des pires incidents recensés a été le massacre d’au moins 39 réfugiés burundais par les forces de sécurité congolaises à Kamanyola, au Sud-Kivu, le 15 septembre.’’

 

Rappel : en septembre dernier l’un des nôtres était sur place et s’est rendu auprès des survivants parmi les Burundais réfugiés à Kamanyola. Grâce à la rapidité de relais de notre équipe en Suisse une collecte solidaire de CHF 600- a pu être faite en moins de trois jours permettant de répondre au besoin le plus urgent exprimé par le président de ce groupe de réfugiés, Mr. Dionyse Nyandwi, soit des moyens de communication.

2°  Campagne-action pour l’abolition de la peine de mort appliquée à des enfants.

 

  • Le mois dernier le régime Iranien a mis à mort trois jeunes gens qui étaient mineurs au moment des faits qui leur étaient reprochés :

Autant nous nous sommes efforcés en 2017 à ouvrir un front de travail au Pakistan pour soutenir concrètement la défense de certains jeunes risquant le couloir de la mort, autant nous espérons pouvoir le faire cette année en Iran. Des contacts -forcément discrets- sont déjà entamés pour y parvenir.

 

  • Pour la second fois l’Association internationale des Magistrats de la Jeunesse ouvre les colonnes de sa publication à Bernard qui, au sein de Vivere, dirige notre engagement dans cette lutte :

En vous remerciant de votre attention, avec nos meilleures salutations,

Le comité de Vivere