Chères et chers Membres et Amis,


Pakistan

 

  • Dans le cadre de notre action de défense légale de détenus encourant la peine capitale alors qu’ils étaient mineurs au moment des faits,  Mike a pu rendre visite aux familles de 3 d’entre eux. Partagées entre l’angoisse et l’espoir que la vie de leur fils sera sauve, provenant de milieux sociaux pauvres, elles n’ont aucun autre recours que celui fourni par les avocats travaillant avec Vivere.

  • Asma Jahangir, avocate et militante des droits humains pakistanaise, est décédée le 11 février dernier. Ce même jour Mike débutait sa mission auprès des partenaires pakistanais de Vivere, il a pu constater la consternation que ce décès produisit sur des centaines de juristes progressistes à travers l’ensemble du pays. Asma avait, entre autres, assuré la défense d’enfants risquant la peine de mort. Ce court document lui rend hommage :

film de 3 mn sur http://www.dailymotion.com/video/x6euzjs Toute sa vie, Asma a affronté des menaces de mort et des passages en prison sans jamais renoncer à son combat pour les droits humains

Vivere lance une pétition visant l’abolition de la peine de mort appliquée aux enfants

 

 

  • Pour renforcer notre travail d’assistance directe aux jeunes menacés par ces peines au Pakistan et dans certains autres pays concernés nous lançons aussi un appel aux dons
  • soit sur le compte bancaire de Vivere IBAN CH82 0076 7000 Z099 5652 9
  • soit sur le CCP  17 – 709 738 – 6
  • soit encore sur https://fr.gofundme.com/no-death-penalty-for-juveniles

Mauritanie

Les défenseurs des droits humains Moussa Bilal Biram et Abdellahi Matalla Saleck, membres d’IRA Mauritanie (dont Vivere est partenaire), sont détenus depuis plus d’un an dans une prison dans le désert du Sahara à Bir Moghrein. Cette prison, qui accueille généralement des condamnés à mort, est située dans une région reculée et peu sûre de la Mauritanie, à 1’200 km des domiciles de ces camarades à Nouakchott. Pendant leur détention, Moussa et Abdellahi auraient été torturés. Leurs blessures indiquent qu’ils ont été attachés dans des positions douloureuses pendant plusieurs heures d’affilée. Ils ont été condamnés pour, entre autres, “incitation à des émeutes et à une rébellion violente contre le gouvernement’’, mais aucune preuve de ces crimes n’a été fournie lors de leur procès. Moussa et Abdellahi sont innocents et n’auraient jamais dû être déclarés coupables. Ils sont réduits au silence et punis du fait de leur militantisme contre l’esclavage. Ils doivent être libérés immédiatement.


Pétition d’Amnesty International à signer svp sur http://info.amnesty.be/mauritanie-moussa-et-abdellahi.html?petitionOptin=yes

Date à retenir (rappel)

 L’assemblée générale annuelle de notre mouvement se tiendra mardi 15 mai, 19h00, comme l’an dernier à l’International School of Lausanne. L’invitation et l’ordre du jour vous parviendront bientôt.

Avec nos salutations les meilleures,

Le comité de Vivere