Chers Membres, Amis et Amis,

 

Personnes âgées abandonnées et sans ressources, Moldavie : grâce à la mobilisation sur place d’Elda Hiller, Vivere peut s’impliquer durant tout le second semestre à soutenir une cantine sociale offrant chaque jour un repas chaud à une trentaine de personnes âgées vulnérables, par roulement. De plus, notre partenaire local commence à préparer l’action de secours d’hiver, en stockant dès à présent le bois de chauffe (moins cher à l’achat en cette saison). On vient d’envoyer une première tranche de CHF 1’837 pour ces deux volets.

Au soutien spécifique de ce travail, Camille Chatelain et Delphine Gachet ont conçu et produit le feuillet que vous trouvez attaché ici, destiné à sensibiliser un public le plus large possible et à faire entrer des sous pour poursuivre l’action. Si vous voyez l’opportunité de diffuser ce document, merci alors de nous faire savoir combien d’exemplaires il faut ; la diffusion électronique est recommandée également, s’il vous plaît.

 

Lutte contre le trafic des êtres humains, et assistance aux victimes :

Région du Golfe Persique :

–          pour la 2ème année consécutive Franziska Keller est allée en mission sur place le mois dernier. Sa collaboration étroite avec nos partenaires locaux, les conseils avisés qu’elle leur procure, et ses capacités d’analyse d’une situation si complexe, ont permis une avancée significative dans l’ancrage du travail. Au cours du premier semestre de cette année, 97 nouvelles victimes du trafic ont été identifiées en tant que telles, dont 90 furent assistées d’une manière ou de l’autre par le programme. Durant la même période, 94 victimes (dont partie avaient été identifiées l’an dernier) ont pu être rapatriées dans leur pays d’origine.

–          Vivere a incité et soutenu une mission d’une semaine sur place de 2 militantes Ethiopiennes responsables de l’Ong ‘Network of Ethiopian Women’s Associations’ rencontrées à Addis Abeba l’an dernier. But : mobiliser l’opinion éthiopienne et interpeller les autorités de ce pays pour neutraliser les officines criminelles qui trompent des milliers de femmes en les mettant ensituation d’exploitation sans vergogne dans les pays riches du Golfe.

Ukraine :

Vivere poursuit, depuis 2004, son engagement aux côtés de son partenaire l’association ‘Avenir’, à Jytomyr. L’accent est mis depuis 3 ans sur la lutte contre l’impunité, par la poursuite devant les tribunaux des trafiquants et de leurs complices. Dans la note qui suit, Victoria Ostapchuk résume le résultat d’une longue procédure au terme de laquelle une délinquante est condamnée à 5 ans de prison ferme, alors que ses deux victimes seront dédommagées.

———————————————————————————-

De : Avenir [mailto:avenir_zt@rambler.ru]
Envoyé : vendredi, 25. juin 2010 18:34
À : contact@vivere.ch; n.camp@aedh.org
Objet : Notre victoire au Tribunal

Chers amis, les collègues,

Nous somme heureux de vous annoncer, que le 11 Juin 2010, le Tribunal de Berditchev, dans la région de Zhytomir en Ukraine avait annoncé le verdict auprès une femme- traficante. Il sagit de 5 ans de privation de la liberté et de satisfaction des dommages et d’interets en faveur des deux jeunes femmes,  dont les victimes de trafic des etres humains, en somme total de 110 mille gryvna (environ 11 mille d’EUR).
Pour l’Ukraine et ses tribunaux cet verdict est très réssant car il s’agit de genre des affaires criminnelles assez compliquées, problèmatiquement prouvables, n’est pas bien expolorées par  notre système judiciaire. Il y avait des cas, quand les tribunaux des autres régions ukrainiennes annoncaient les verdicts très « lègers », quand il ne s’agit pas de prison ou de satisfaction des dommages et d’intrerets.
En cours de trois dernières années notre l’ONG accompagnait les victimes dans ce procès, nous avons réalisé le monitoring de travail de juge et de procureur dans cette affaire.
Historiques : en 2004, une jeune femme, dont une traficante déjà comdamnée, avait recruté deux jeunes femmes, dont ses victimes, pour le travail à Moscou en domaine de commerce et de restauration.
Mais, les victimes sont tombé en piège d’exploitation sexuèlle. Elles sont passé  presque un an à Moscou, sans papiers, sans volonté, sans déplacement libre sous la surveillance des traficants.
Finalement, les victimes ont été libérées par la milice russe. Elles ont reçu l’aide primaire au siège russe d’Organisation des Migrations à Moscou et en suite, elles sont été repatriées en Ukraine, à Zhytomir.
Au mois de septembre 2006, l’Avenir avait commencé soutenir les deux victimes dans le cadre de réinsertion psychologique, professionelle et d’accompagnement juridique. Le mois de mars 2007 signifie le commencement de procès au Tribunal à Berditchev (la ville dans la région de Zhytomir) contre la crime de la traite humaine. Le partenaire de l’Avenir, l’association « Vivere », son siège est en Suisse, à Lausanne avait financé tous  les demarches juridiques pendant cet procès : les consultations par l’avocat, l’accompagnement des victimes au tribunal, etc.
Le procès est devenu très prolongé, très fatiguant pour les victimes et ses proches (trois ans et + quelques mois!).
Actuellement,  la personne comdamnée se trouve en prison, comme elle est la mère célibataire, ses deux  enfants de 16 et de 6 ans seront placés par les services sociaux aux établissements d’Etat ( type d’internat). Elle garde toujours son droit d’appeller le verdict appliqué par le Tribunal de Berditchev au Cour d’Appel de Zhytomir. En cet cas là, l’Avenir agissera sans aucuns doutes.
Bien cordialement,
Equipe de l’Avenir

——————————————————-

Des tout-jeunes se mobilisent : le 19 juin dernier au marché de Morges, sur initiative de la famille Meier, les enfants Jules, Meredith et Nehla ont vendu des gâteaux et reversé ensuite CHF 370 au bénéfice des actions de Vivere. Nous sommes infiniment reconnaissants de leurs efforts et de leur générosité solidaire.

 

Avec nos salutations et nos vœux pour votre bel été,

Le comité de Vivere