Chères Amies, chers Amis,

En ce mois d’août Vivere s’est engagé en faveur de la protection d’un « enfant bouvier » au sud du Tchad. C’était une voie de travail envisagée à nos débuts, restée plus ou moins en latence, et qui vient de prendre corps avec un nouveau partenaire : la section locale à Sahr de la Ligue Tchadienne de Défense des droits de l’Homme.

Résumé : dans cette région les agriculteurs pauvres & sédentaires subissent l’hostilité des éleveurs nomades d’une autre ethnie, plus puissants, armés, et soutenus par le pouvoir central. Malgré l’inimitié prévalant entre les deux communautés les agriculteurs en sont réduits à « louer » aux éleveurs de jeunes garçons, 10 à 14 ans, pour des périodes de un à deux ans. L’enfant devient aussitôt un esclave temporaire le plus souvent isolé, méprisé, maltraité. Il garde le troupeau et sert comme domestique. Plusieurs enfants sont blessés ou morts sous les coups lorsque les éleveurs s’en servent comme bouclier humain dans des conflits locaux entre clans.

L’enfant rescapé pour lequel Vivere intervient s’appelle Djiranbaye, plus ou moins remis des séquelles physiques de son expérience de l’esclavage. Midaye, responsable de la LTDH sur place, va mettre en ouvre les moyens requis pour une protection durable du garçon. Coût : 505.000 francs CFA, environ 1.120 CHF.

L’un des nôtres se rendra au Tchad en octobre (toujours sans frais pour notre mouvement) pour faire la liaison avec les 2 actions soutenues, à Sahr et à Koumra.

Bien à vous, pour Vivere, Mike