Chers Amies et Amis,

 

 

République démocratique du Congo : juste vous dire que nos amis de Journalistes en danger ont pu encaisser le dernier envoi de fonds la veille du décès de Kabila. Depuis lors, ils ont pu nous passer un seul message le 19 janvier disant (extrait) :

« …dès lundi 12 h00, nous avons été contraints tous à la clandestinité. Le ministre de la communication a lancé tous les services de sécurité à nos trousses. Jusqu’à présent, nous nous cachons. Je profite de la distraction créée par la mort du président Kabila pour faire un tour bref et furtif au bureau. »

La mission que les responsables de JED prévoyaient en Europe pour Mars prochain n’est donc ni confirmée, ni infirmée à l’heure actuelle. Nous vous tiendrons informés de tout développement à cet égard.

 

Madagascar : on vient de recevoir le rapport d’activité annuelle de notre partenaire malgache, l’EMTM, que Vivere soutient dans son action de récupération nutritionnelle pour de jeunes enfants d’Anosimasina.

Nous en passons ci-après de larges extraits pour votre bonne information. Celles et ceux qui souhaitent lire le rapport in extenso (14 pages, 111 KO requis) le recevront aussitôt sur simple demande.

 

 

Bien à vous toutes et tous,  Mike

 

——————————————————————————————————————————–

BREF RAPPEL HISTORIQUE

L’EQUIPE MEDICALE DU TRAVAIL DE MADAGASCAR, nommée E.M.T.M est une association malgache approuvée officiellement et inscrite le 09.02.1982 sous le n° 82/065-P-AT/ASSOC, sise à Antananarivo a pour objectifs:

  • Promouvoir au niveau national tous les aspects relatifs à la médecine, l’hygiène et la sécurité du travail
  • Identifier, analyser les principaux problèmes de la santé maternelle et infantile, et puis mettre en place des actions préventives et curatives visant à améliorer ces situatuions.

Depuis les années 80, Madagascar commence à payer le prix du régime socialiste, auquel le pays n’était pas préparé, un régime d’autant plus dangereux qu’il tourne très rapidement en étatisme avec son cortège de clivage, un état tout puissant qui détient tout le monopole politico-économique et des administrés qui s’appauvrissent de plus en plus.

Face à ce phénomène qui perdure et qui étend ses tentacules comme une maladie phagédénique, l’E.MT.M a du réviser la définition des travailleurs face à la nouvelle race de population de travailleurs qu’est le couple mère-enfant et d’adapter en conséquence sa mission.

 

RESUME DU PROGRAMME

Le programme dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie du couple mère-enfant sans couverture sociale, a mis en place un centre-pilote à vocations multiples dans une zone suburbaine de la capitale, dans le fokontany d’Anosimasina, un village sis dans la commune de Bemasoandro, sous prefecture d’Antananarivo, rive sud de l’Ikopa, composé de 8000 habitants.

L’absence de toute autre infrastructure médico-sanitaire et à la demande de la population du reste de la commune de 24 000 habitants, le programme s’est étendu sur toute la population de cette commune.

Les objectifs sont: Protection de la santé maternelle et infantile, Promotion de l’hygiène et assainissement, Promotion de la médecine du Travail

 

SITUATION POLITIQUE SITUATION SOCIO ECONOMIQUE

MADAGASCAR en chiffres

DONNEES DEMOGRAPHIQUES*

Superficie (Km2)………………. 587 047

Population…………………… 12 221 000

Taux d’accroissement(%)…………….2,8

Taux de pauvreté………………70 % de la population

* Sources: Enquête Nationale Démographique

DONNEES DEMOGRAPHIQUE DE LA COMMUNE DE BEMASOANDRO**

Superficie( Km2 )………………… .14

Population……………………….28000

. Enfants< 5 ans………………… 3700

. Femmes en âge de procréer… .7050

** Sources:Recensement de la commune ***Sources : données statistiques du CMSNA

 

SITUATION NUTRITIONNELLE DE L’ENFANT A MADAGASCAR

Les problèmes nutritionnels à Madagascar en général ont trait à la pratique inadéquate de l’allaitement maternel, à l’apport insuffisant énergétique et protidique, aux carences en vitamine A, en Fer et en Iode.

Malgré les conséquences liées à la prise en charge de ces déficits, qui font économiser prévisionnelle ment sur les dix à venir, 870 millions $US au pays, les problèmes sont souvent invisibles voire méconnus ou

4 décès sur 5 sont associés aux formes modérées et marginales de la malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans.

 

HISTOIRE DE FREDDY – FETRA – FANIRY

Freddy, Fetra et Faniry sont trois garçons âgés respectivement de 8 mois, 2 ans et 3 ans et demi.

L’assistante sociale les a découverts recroquevillés et grelottant de froid devant la porte de leur maison.

Freddy, le benjamin geignait, Fetra s’agrippait à l’aîné qui semble étranger à toutes ces agitations et à toutes sollicitations extérieures. Après de nombreuses tentatives, il finit par dire qu’il ne sait pas où se trouve son père et que sa mère est partie très tôt chercher de quoi déjeuner parce qu’ils n’ont pas mangé depuis la veille.

Des enfants, on n’aperçoit que trois têtes toutes rondes avec des yeux brillants comme enfiévrés mais atones et des lèvres sèches et gercées. Le reste des corps est emmailloté dans des haillons indescriptibles qui laissent entrevoir des membres grêles.

Dès que leur mère est apparue, des cris ont fusé de leur bouche jusque-là muettes. Ils réclament à manger et avalent en un clin d’œil les quelques galettes émanant d’un sachet d’une propreté douteuse.

La mère est inquiète du cas de Faniry âgé de deux ans qui ne marche pas encore.

La famille a du quitter la campagne pour des raisons d’insuffisance de terres à cultiver et d’insécurité. Elle est actuellement confrontée aux problèmes de tous les transplantés urbains de l’exode rurale.

Après quinze jours de récupération au centre et de soins intensifs, les enfants semblent beaucoup plus éveillés et commencent à partager les jeux des autres enfants. Faniry essaie de marcher, ses jambes sont hésitantes mais non paralysées comme semble le croire sa mère.

Actuellement, la mère s’investit dans la confection des nattes et subvient à la nourriture de la famille, le père est revenu nous expliquant son absence comme une fuite face à la misère.

Cette famille, contrairement aux autres, mais avec les mêmes problèmes a compris très vite le sens et les modalités d’intervention du centre.

Est-là le fruit d’une amélioration des informations et des rapports humains au niveau de notre prestation ou sommes-nous face à une famille qui a la ferme volonté d’aller au-delà de ses conditions.

LES ACTIVITES

LES ACTIVITES MEDICALES

■ Les activités curatives comprennent deux volets dont la consultation médicale et la récupération nutritionnelle.

► Les consultations médicales et soins

par les médecins traitants et l’infirmier, Drs. Hery Dr. Charlys et Herilaza

Répartition des maladies

730 enfants de 0 à 15 ans

Infections respiratoires347
Maladies diarrhéiques49
Fièvre211
Parasitoses112
Dermatose40
Autres maladies275
Consultations spécialisées27
Hospitalisation37
Total1098

Les infections respiratoires sont les principaux motifs de consultation. Cette infection est liée au problème de la surpopulation de l’habitat où neuf mètre carré sert pour tous les usages aussi bien cuisine que dortoir pour dix personnes souvent.

Les maladies diarrhéiques sont rares. Cette régression est notable depuis 4 ans. La lutte contre les maladies diarrhéiques est menée de façon intensive.

La fièvre évoque fortement le paludisme. Le grand mouvement de la population dans les zones endémiques, le test thérapeutique aux antipaludéens appuient cette hypothèse. Les tests négatifs sont le fait de l’automédication habituelle.

Des cas de choléra sont enregistrés au cours du premier trimestre de l’année.

► Les activités de récupération nutritionnelle

par les médecins traitants et l’assistante sociale Zoeliarimalala

Les nouveaux inscrits sont au nombre de 83 dont 3 réadmissions ramenant ainsi le nombre total d’enfants à 131.

Il est enregistré un nombre maximum d’admissions au cours du quatrième trimestre, période de soudure de l’année.

Le nombre moyen d’enfants par mois est de 50, dont 14 présentant des oedèmes et ou un indice poids/taille inférieur à 75%, généralement sorti des récupérations intensives ( CRENI ).

Le suivi pondéral s’effectue hebdomadairement et la mensuration de la taille tous les mois.

Le gain de poids mensuel est de250 grammes. Ce phénomène est lié au fait que les mamans ne donnent à manger qu’aux autres membres de la fratrie le soir.

Le temps de séjour varie de 3 mois à 6 mois en fonction de la régularité de présence.

Les mamans ne comprennent pas toujours le sens de la récupération nutritionnelle qui est une supplémentation thérapeutique. Elles considèrent cette prise en charge comme une aide aux enfants défavorisés.

Ce qui implique un drame au cours de la libération de l’enfant guéri, perçu toujours comme une trahison aux liens qui se sont tissés au cours de leur séjour.

Les activités préventives comprennent cinq volets

Les consultations prénatales

par la sage-femme Nirina

135 femmes suivies.

La prise en charge des femmes enceintes comprend le suivi médical, le suivi de la grossesse, le dépistage systématique des infections sexuellement transmissibles, notamment le syphilis et la vaccination contre le tétanos. La recherche du VIH doit obtenir le consentement de l’intéressée.

Les femmes viennent généralement en consultation au décours de leur deuxième trimestre de grossesse et sont vues au moins trois fois au cours de leur grossesse.

► Les consultations postnatales et le suivi staturo- pondéral des enfants

Par la sage-femme Nirina.

135 nouveaux-nés suivis

369 enfants de 0 à 12 mois en suivi de croissance

Consultation post natale Le suivi de croissance des enfants jusqu’à 12mois

► La vaccination

par l’infirmier, Toute l’équipe et Herilaza.

La politique nationale de vaccination consiste à mobiliser la population à faire vacciner les enfants inférieurs à 12 mois des 5 vaccins, à savoir le BCG, les 3 séries de DTCoq-Polio et l’anti-rougeoleux et les femmes enceintes à l’antitétanique.

► Les activités de planning familial

par l’assistante sociale Sahondra et les médecins.

ACTIVITES DE PLANNING FAMILIAL

Nouvellement inscrites230
Total inscrites1529
Nombre total de femmes vues1441
Nombre d’utilisatrices régulières379
Nombre de femmes perdues de vue118

NOMBRE D’UTILISATRICES SELON LES METHODES

Contraceptifs oraux93
Contraceptifs injectables136
Stérilets119
condoms13
Implants2
Spermicides4

► Les activités de sensibilisation et d’information

par toute l’équipe,

Ces activités consistent à faire connaître le centre et ses activités, à informer les familles sur l’éducation sanitaire et nutritionnelle, à dynamiser les groupements féminins, à renforcer les visites à domicile et surtout le counseling.

▓ L’ACCESSIBILITE A L’EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT

L’insuffisance de l’assainissement, malgré la sensibilisation de la population et l’information sur les moyens de lutte contre le choléra n’a pas empêché l’épidémie de sévir dans la commune. L’UNICEF finance le programme d’adduction d’eau pour 10 bornes fontaines et la construction d’une latrine publique payantes .

▓ L’AMELIORATION DE QUALITE DE SERVICE

La qualité de service exige la compétence du personnel, lequel a reçu des formations et remise à niveau sur la prise en charge de la nutrition, la conduite thérapeutique de diarrhée, paludisme, moyens cliniques de détection du cancer du col, la prévention des maladies endémiques et la formation en matière de planification stratégique.

La capacité est évaluée mensuellement par rapport au taux de fréquentation et au SEAC (Service Efficace Axé sur le Client) qui est une auto-évaluation trimestrielle. Elle permet un réajustement des stratégies d’intervention avec un souci particulier pour la qualité de l’accueil et des relations avec les bénéficiaires.

▓ RECHERCHE DE FONDS

Les termes d’accord de Partenariat qui lient Terre des hommes-Lausanne et l’Equipe Médicale du Travail de Madagascar E.M.T.M stipulent l’obligation de participation locale sur un taux de 30 % au budget de fonctionnement, et ce dans le cadre du retrait progressif de Tdh-Lausanne.

Les difficultés rencontrées dans les recherches relèvent de la nouvelle vision des bailleurs de fonds qui priorisent le financements des projets générateurs de revenus.

La philosophie de l’aide qui consiste à donner le filet au lieu de poisson ne tient pas compte de la nécessité de doter le pêcheur de forces pour tenir la canne.

Le recouvrement des coûts qui rentre dans la participation locale n’est pas conséquent du fait que le réajustement annuel de cette participation des bénéficiaires tient compte de leur pouvoir d’achat, doctrine qui relève de toute intervention humanitaire.

LES MOYENS MIS EN ŒUVRE

LES RESSOURCES HUMAINES

L’équipe se compose de deux médecins, d’une sage-femme, d’un infirmier, de deux assistantes sociales d’un secrétaire-comptable, d’un coursier, d’une femme de ménage et de trois gardiens

LES MOYENS FINANCIERS

Le centre est doté d’un budget de fonctionnement total de 236’398’595 Fmg, se répartissant comme suit :

218’000’000 Fmg de TERRE DES HOMMES- ALSACE

dont 8’000’000 Fmg, hors budget pour achat de matériels informatiques

– 9’026’745 Fmg des institutions privées

– 9’371’850 Fmg de participation locale ( prestations de services )

LES PARTENAIRES

Les institutions

Le ministère de la santé et le Service de santé de district de rattachement d’Atsimondrano

Le ministère de Population

La mairie de Bemasoandro

La Brigade de gendarmerie Itaosy

L’USAID

Les organismes et organisations internationaux

TERRE DES HOMMES-ALSACE

Terre des hommes-LAUSANNE

VIVERE

PROMOTION DES HOMMES

Médecins Sans Frontières-France

L’UNICEF

Les organisations nationales

L’ASERN, associatif d’ONGs pour la nutrition

L’ASSONG, associatif d’ONGs pour le planning familial

AVO, associatif des ONGs pour les informations

Les femmes bénévoles de la commune de Bemasoandro

PERSPECTIVES D’AVENIR

  • Renforcement des acquis,
  • Acquisition de terrain,
  • Participation effective au budget de fonctionnement, selon le taux fixé.

—————————————————————————————————————————-